>>>   Comprendre : diversité, discrimination

Diversité et discrimination : quelle(s) différence(s) ?

Les deux notions étant souvent adossées pour des raisons évidentes, une confusion est souvent faite. Pourtant, en y regardant de plus près, ces deux notions font référence à des réalités qui sont certes proches -pour ne pas dire adjacentes- mais néanmoins différentes :
  • La discrimination est définie par la loi, par le code pénal de manière large (article 225-1), par le code du travail (article L.1132-1) pour le sujet qui nous intéresse. La loi précise à la fois les critères de discrimination et les sanctions encourues en cas de non-respect de la loi. À partir du moment où une distinction est faite entre des personnes dans une situation comparable sur la base d'un de ces critères, on peut considérer qu'il y a discrimination.
  • Aucun texte juridique ne définit la notion de diversité, ni les critères d'identification, ni la manière dont celle-ci doit se manifester. La notion de diversité renvoie davantage à une direction qui doit aboutir à une meilleure représentation de la diversité de la société au sein de l'entreprise. L'accord interprofessionnel du 12 octobre 2006 définit la diversité de la manière suivante : « La réalité de la diversité doit conduire les entreprises à offrir à tous, à compétences et capacités égales, les mêmes possibilités dans l'emploi et dans son accès. »

Autrement dit, la notion de discrimination correspond à une norme ; celle de diversité davantage à un engagement politique. Comme l'écrivent sous forme de question les auteurs du livre blanc de Rouen Business School et de l'AFMD Mesurer la discrimination et la diversité (téléchargeable ici) : « Diversité et discrimination : les deux faces d'une même pièce ? » 


Agir sur l'une sans agir sur l'autre ?

Théoriquement, c'est possible. Une entreprise peut tout à fait avoir un personnel diversifié, représentatif de la société, tout en ayant des pratiques discriminatoires en matière de recrutement, de gestion de carrière... À l'inverse, une organisation peut avoir mis en place des processus RH respectueux de la loi mais qui ne conduisent pas nécessairement à la représentativité recherchée (exception faite des quotas définis par la loi).


Mais alors, pourquoi s'engager contre la discrimination ET en faveur de la diversité ?

D'abord parce que c'est une question de cohérence. Ensuite, l'engagement d'une entreprise n'est pas qu'une manière de respecter son devoir à l'égard de la société. Les bénéfices pour l'entreprise ne sont effectifs que si elle agit concomitamment sur les deux plans.


Pour aller plus loin, consultez la rubrique "Vous documenter".




Share